Yves Pujol, Nicole Ferroni

Yves Pujol, Nicole Ferroni une rencontre surréaliste dans le film MAD Man fumer tue

 

Ils sont tous les deux dans le film MAD Man Fumer tue : Yves Pujol, je le pratique depuis assez longtemps pour en avoir l’habitude. Nicole Ferroni, je ne la connaissais que par petit écran interposé.
Très vite compris que ces deux complices allaient me mener la vie dure dans une interview de haut vol !

Mari et femmme

Comment se sont-ils retrouvés mari et femme dans ce film ?
Yves Pujol : Nous nous étions rencontrés dans les festivals et j’avais gardé une mauvaise impression d’elle
Nicole Ferroni : Et lorsque Stéphane m’a proposé de jouer dans son film avec lui… J’ai dit non !

Y.P. : Moi aussi mais j’ai eu pitié, car c’était pour elle une chance de se faire connaître.
N.F. : Finalement, nous avons couché ensemble et tout s’est arrangé ».

Joli début avant qu’ils ne décident de me dire que tous deux connaissaient Stéphane, voulait les avoir tous les deux et comme ça se tournait à Bandol, ils voulaient des acteurs avec l’accent.

 

N.F. : Facile pour moi, je suis d’Aubagne et même si ce n’est pas dans le 83, nous avons aussi l’accent dans le 13. Dans la vie je peux le perdre mais je peux très vite le reprendre pour jouer.
Y.P. : Tout le contraire de Céline Dion ! Pour moi, c’était cool de tourner à Bandol, je n’avais pas un gros déplacement à faire depuis Toulon ! Plus sérieusement, on a aussi aimé le scénario…
N.F. : Je n’ai pas tout compris ce qu’il fallait faire mais j’ai quand même compris que c’était pour défendre la cause du tabac.
Y.P. : Là tu te goures : c’est justement pour lutter contre le tabac.

N.F. : Ah bon. En tout cas, j’étais contente, car c’est la première fois que je tourne un film. J’avoue que ça n’a pas été facile car j’ai l’habitude d’être sur scène, de dire un texte en continu alors que là tout est coupé en morceau, tu ne tournes pas les scènes dans l’ordre et tu refais vingt fois la même chose !

 

Y.P. : Et en plus, on a tourné en avril dernier et Stéphane nous a fait tourner dans de l’eau à 15°. Faut aimer ça !
N.F. : Oui, on a vraiment mouillé le maillot ! Mais bon, c’était pour aider un jeune metteur en scène…

Y.P. : Et puis, ce film est fait pour dissuader les gens à ne plus fumer. Si on est entendu, on aura atteint le but.
N.F. : Ça, c’est bien envoyé !
Y.P. : Tu vois, elle est gentille mais elle est bête… Elle est du 13 ! »

 

Voilà. Vous n’en saurez pas plus. Essayez de démêler le vrai du faux… si vous y arrivez !
En tout cas, ce fut une rencontre surréaliste !

Jacques Brachet

 

Aucun commentaire pour l'instant

Commentez cet article