RCT Patrick Fornet président du club des Mordus

Pour Patrick Fornet, président du club des Mordus du RCT, « l’heure est au boulot »

 

Nous avons demandé à Patrick Fornet, le président du club des Mordus du RCT son sentiment sur l’état de RCT, en attendant la reprise après cette trêve de quelques jours dans le championnat. Voici ses propos.

 

Qu’ils nous font un bien fou ces quelques jours sans top 14, pour enfin pouvoir analyser avec moins de passion et un peu plus de recul la situation du club une fois notre colère légitime retombée.

 

Même si la plaie n’est pas définitivement refermée, elle est logiquement nettement moins vive qu’après le match, la colère rime rarement avec sagesse, d’autant qu’elle est aussi souvent récurrente. En y réfléchissant un peu, nous avons eu droit à ces contre-performances pratiquement toutes les saisons même durant les plus glorieuses : Grenoble, UBB entre autres ont été aussi des gifles tout aussi cinglantes.

 

Pas si catastrophique

 

Notre situation sportive n’est donc pas à cette période si catastrophique que cela, actuel 5ème du top14 le RCT est qualifié pour les quarts de La champion’s Cup. Quelques clubs et non des moindres trouveraient notre situation plutôt enviable, le Racing, Bordeaux ou Toulouse par exemple sont moins bien lotis que nous.

C’est notre capacité à réagir qui laisse planer le doute : autant nous sentions les saisons passées dans la même situation que cela relevait plus de l’accident de parcours qu’autre chose, autant nous avons le sentiment que cela va être beaucoup plus difficile, tant notre irrégularité est inquiétante.

 

Au boulot

 

Nos carences dans certains domaines criardes. Nous allons rapidement être fixés, car la réception de notre jumeau Lyonnais va être révélatrice. Soit la rébellion salvatrice est enclenchée, soit le déclin et une triste fin de Top14 s’annoncent.

Je veux encore croire à la fierté des nôtres, miser sur leur professionnalisme, leur honneur, celui des joueurs évidemment mais aussi celui du staff. Ils nous le doivent ! Ils se le doivent ! Il serait particulièrement inconcevable de manquer une fois de plus le rendez-vous des demies finales marseillaises.

Bon nombre de joueurs historiques, qui nous ont tant donné vont tirer leur révérence, ils méritent une sortie glorieuse, digne de celle de Jonny, digne aussi des trois étoiles qu’ils nous ont amenées sur le maillot, cela ne dépend que d’eux qu’ils cessent les enfantillages, les tweets débiles.

L’heure n’est plus aux blagues mais au boulot et cela commence le 18 février, nous serons là pour encore les pousser, allez Toulon.

 

Recueilli par Jean Boris

 

Aucun commentaire pour l'instant

Commentez cet article