Alma Eurovision 2017 intervbiew

Alexandra devenue Alma est une guerrière, une jolie guerrière représente la France au concours de l’Eurovision 2017 ® Renaud Corlouër

 

 

Alma est un pont parisien célèbre qui évoque une grande bataille qui eut lieu en 1854 en Crimée.
Ce nom, bientôt, va évoquer – et nous le souhaitons de tout cœur – la victoire d’une bataille qui se déroulera le 13 mai à Kiev, en Ukraine qui sera… l’Eurovision 2017 !

Eh oui, pour succéder à Amir, le comité de sélection a choisi un prénom commençant encore par un A : Alma.

Joli brin de voix, joli sourire, jolie chanson signée Nazim Khaled… qui a déjà écrit pour Chimène Badi, Kenji Girac et… Amir !

Alma est une belle, talentueuse et énergique jeune femme qui va défendre nos couleurs.

Le refrain en anglais

Alma, c’est une belle aventure qui vous arrive ?

Oui, je suis heureuse et fière de représenter la France. Tout a commencé il y a quelques mois. Mon manager a proposé ma chanson « Requiem » au comité de sélection et, à ma grande surprise et ma grande joie, le comité a pensé qu’elle correspondait parfaitement à ce concours.
Du stress ?

Pas encore ! Pour l’instant, je suis heureuse et très motivée quant à la pression, je préfère ne pas y penser. Mais je veux affronter cette compétition avec une bonne attitude, un bon état d’esprit… Je suis une guerrière !

 

Pour l’instant la chanson est en français mais elle va être modifiée pour le concours ?

Oui, je vais chanter le refrain en anglais afin que le plus grand nombre puisse comprendre le sens de la chanson et pour, je l’espère, séduire le plus grand nombre car c’est une compétition internationale.
« Requiem » parle de quoi ?

D’amour, d’espoir sur une mélodie métissée, aux accents orientaux, avec beaucoup de violons.

 

Vous parlez et chantez déjà en anglais ?
Oui, la première chanson que j’ai écrite, (car je suis auteur, compositeur et je joue de la guitare et du piano) était en anglais.


Pourquoi ?

Parce qu’alors je vivais aux Etats-Unis, j’étais très influencée par cette langue et cela me semblait plus naturel. Ecrire en français me semblait plus difficile car il faut que ce soit à la fois joli, poétique et compréhensible ! En anglais, le gimmick est plus important. Ce n’est pas le même exercice.

 

Vous parlez plusieurs langues parfaitement, je crois ?

Oui car, quoique française, mon père est allé travailler aux Etats-Unis où nous avons déménagé. Puis je suis allée poursuivre des études au Brésil où j’ai appris le portugais. Après quoi je suis allée travailler à Milan où j’ai appris l’italien. Et puis j’ai retrouvé mes parents à Bruxelles… où là, je n’ai pas appris le flamand !

 

Vous avez donc tout pour faire une carrière internationale !

Je l’espère !

 

Enregistrerez-vous « Requiem » dans d’autres langues, comme cela se faisait avant ?

Pour l’instant il n’en est pas question. Ce n’est pas prévu.

Alexandra Marquet

Parlez-moi de votre rencontre avec Nazim.

On s’est rencontré il y a trois ans sur une émission de télé  « La chanson d’abord » sur France 3. Nous nous sommes bien entendus, il a écrit des chansons pour moi et pour d’autres. Il a le don de trouver les mots et les mélodies.

 

Alma oiur la France à l'Eurovision 2017 ® Renaud CorlouërIl y a eu aussi la rencontre avec Claudio Capéo à qui vous avez écrit une chanson…

Oui. Nous avons créé, avec une dizaine d’auteurs, compositeurs une équipe qui écrit ensemble des chansons et nous les proposons à divers artistes. Nous écrivons à deux, des accords de guitare, de piano, ainsi naît une mélodie et nous trouvons un thème. Nous prenons le temps car il faut que ça corresponde à l’artiste, à ses envies, au thème qu’il propose. Et ça marche bien.

 

Auteur, compositeur, chanteuse… Où vous sentez-vous le mieux ?

Je me sens bien partout, pour moi, l’un ne va pas sans l’autre.

 

Un album est-il prévu ?
Oui, il sortira début mai, avant l’Eurovision. Et j’écris des chansons pour le nouvel album d’Amir.

 

Comment, d’Alexandra Marquet, êtes vous devenue Alma ?
Pour plusieurs raisons. D’abord il faut savoir que dans la famille nous sommes quatre filles dont les prénoms commencent tous par « Al ». Alma est en fait la contraction de mon prénom et de mon nom. Enfin, en portugais, Alma veut dire « Âme ».

Ce qu’il fallait démontrer !

 

Propos recueillis par Jacques Brachet

Aucun commentaire pour l'instant

Commentez cet article