SAMU La Seyne - montage photo

Le SAMU a légitimement besoin d’une aire d’atterrissage à l’hôpital George Sand de La Seyne.

 

Dans un communiqué publié aujourd’hui, l’adjoint à la santé de La Seyne sur Mer (élu PS), Olivier Andrau, interpelle :

Le SAMU appelle à l’aide, malgré les difficultés La Seyne répond présent.

La mairie de La Seyne a récemment été sollicitée par le SAMU 83. Il nous demande de l’aide. Il faut savoir que sur toute l’aire toulonnaise il y a maintenant trois équipes de SMUR (service mobile d’urgence et de réanimation), deux sont basées à l’hôpital Sainte Musse de Toulon et une équipe à l’hôpital Georges Sand de La-Seyne-sur-Mer.

 

Olivier Andrau adjoint à la santé La SeyneLe SAMU 83 nous apprend que l’hélicoptère sanitaire départemental n’a pas d’équipe dédiée et qu’il est possible que les deux équipes de Toulon soient mobilisées en même temps. Il faudrait donc que l’hélicoptère puisse venir chercher la troisième équipe de La Seyne en cas de besoin car « le délai de déplacement de cette dernière vers Sainte Musse pour le décollage lui semble déraisonnable ». Doux euphémisme lorsque l’on connaît selon les heures, les difficultés à traverser Toulon par la route… Bref le SAMU a légitimement besoin d’une aire d’atterrissage à La Seyne.

 

Nous apprenons d’autre part qu’une « hélisurface sur l’hôpital Georges Sand reste à créer et en attente de validation par la direction du CHITS ». Cette dernière n’a pas sollicité la ville à ce jour. Les responsables du SAMU, prompts à agir rapidement, ne l’ont pas attendue et nous appellent à l’aide : ils proposent que la commune mette à disposition une surface dégagée.

 

Il est inquiétant de constater l’absence de réaction de la direction du CHITS à  ce jour. On peut se poser des questions :

 

N’y avait-il pas une hélisurface dans l’hôpital George Sand ?

 

Après renseignements pris, elle était prévue dans le projet initial mais n’a jamais été réalisée. Pourtant la surface est toujours disponible et est actuellement occupée par un terrain vague.

 

Le transport par SMUR serait-il trop compliqué ?

 

Nous pensions à La Seyne, après le transfert de la maternité à Toulon que la fluidité de la circulation ne posait aucun problème.

 

Que se passera-t-il aux urgences seynoises en l’absence de son équipe médicale (possiblement jusqu’à six fois par mois) ?

 

Ne serait-il pas plus judicieux de renforcer les équipes sur Sainte Musse ?

 

Pour notre équipe municipale, la santé n’est pas négociable. Alors en l’absence, argumentée, de propositions alternatives, bien sûr que la ville de la Seyne étudie la faisabilité d’une hélisurface d’urgence. La possibilité d’utiliser la surface voisine du stade Marquet est une des solutions envisagées. Mais alors que l’Etat poursuit les baisses de dotations aux communes, alors que la technocratie sanitaire des ARS (agences régionales de santé) demande encore plus d’économies aux hôpitaux comme celui de Toulon – La Seyne, on peut légitimement alerter et demander : quels sont les moyens alloués à l’aménagement de cette hélisurface nécessaire ?

 

Mais nous souhaiterions aussi un dialogue plus fluide de la part de l’hôpital et surtout que les ARS soutiennent l’outil de santé public et cessent de pressurer le service public au regard de leur obsession budgétaire. Pour ce qui nous concerne, nous prendrons nos responsabilités.

 

Malgré les difficultés La Seyne mettra en œuvre une solution d’atterrissage pour l’hélicoptère du SAMU 83.

 

Voir aussi l’article paru à ce sujet sur le blog du maire, Marc Vuillemot :

 

http://www.marcvuillemot.com/2017/02/ah-bon-aller-de-la-seyne-a-sainte-musse-par-la-route-n-est-pas-si-simple.html

 

Ce communiqué est à la fois rassurant et inquiétant…

 

1Les lecteurs ont commenté

Rejoignez la discussion
  1. couche sur14 février 2017

    Allez , encore 300 000 euros jetés à la poubelle ! pas de problème , les décideurs n’étant pas les payeurs .
    Encore une dépense inutile

Commentez cet article